World of history

Partagez, lisez et écrivez des histoires de toutes sortes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nept by Clamshunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claws

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur son lit.

MessageSujet: Nept by Clamshunter   Lun 25 Jan - 19:23

Prologue

 Il y a 74ans, le réchauffement climatique, la fonte des glaces, la montée des eaux et tout le blabla qui va avec, ont provoqués de violentes pluies et tempêtes...
Tout cela, a déclenché une panique générale sur Terre qui n'est plus maintenant qu'un lac d'une immensité infini avec quelques bouts d'îles. Cette soit disant Terre n'est plus Terre mais Nept ou Terre de Neptune.
Quelques uns, les plus aisés ont réussi à s'enfuir sur des stations dans l'espace dont nous n'avons plus de nouvelles depuis 17ans (depuis 2196). Ce sont les «lasthoel». Nous avions établis contact avec les trois stations qui ont pu partir: la plus grande est la station LAST-HL 0431, les deux autres, plus petites sont les stations LAST-HL 0563 et LAST-HL 0829. Elles sont parties à la recherche d'une nouvelle terre après leurs départs précipiter, d'une nouvelle chance. Cet espoir d'une nouvelle terre nous quitte peu à peu.
D'autres se bagarrent et pillent le peu de terre qu'il reste et les ruines des hauts bâtiments qui émergent de l'eau. Chez nous on les surnomme «pirates » ou bien «corsaires». Certains d'entre eux. Ils préfèrent rester sur les mers en paix sur leurs vieux bateaux rafistoler à cause du temps et des dangers venant de la mer et des navires ennemis. Ils ne demandent que tranquillité.
Et d'autres encore dont mes arrières grands parents ont rejoins les quelques cités sous-marines appelées ou dites Atlantis. Ces cités construites 50ans avant le commencement des grosses pluies et inondations (soit en 2089). Elles ont été très connues dans les quatre années suivis de leurs ouvertures. Mais vite laissé à l'abandon dont les raisons sont dans l'oublie. L'on vit dans l'une de ces Atlantis qui risque de tous nous tuer si elle n'est pas protégée. Nous avons très peu de contact avec les autres, celle-ci sont a quelque centaines de kilomètres de nous. Le peu de contact est dû au risque des poissons et autres mutations dangereuses.
Tous ceux qui n'ont pas pu échapper à ces grandes eaux sont aujourd'hui poussière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claws

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur son lit.

MessageSujet: Re: Nept by Clamshunter   Lun 25 Jan - 19:28

Chapitre I

Hirondelle

Moi je suis Hirondelle, oui comme l'oiseau. Je suis née dans cette cité et je n'en suis encore jamais sorti. J'en rêve tant, de m'échapper de cette «prison» où l'on ne croise que des poissons et autres mutations dangereuses. Où l'on respire un air artificiel.
 On nous raconte que c'est dangereux au dessus, que l'air est toxique et impur et qu'on en mourrait si on aspirait qu'une seule gorgée.
J'ai 17 ans, je suis de taille moyenne pour mon âge. J'ai de long cheveux roux, des yeux marron et la peau claire.
Hirondelle, ce prénom dû a une tradition que je hais. Cette tradition dans notre cité est pour le bien de notre communauté. Enfaite c'est à partir du grand livre que notre prénom est choisi. À notre naissance, notre dirigeant ouvre au hasard le grand livre et choisit un prénom. Ce grand livre est un objet précieux chez nous, avant ce n'était qu'un vulgaire objet qui existait par milliers dont l'utilisation n'était que pour la définition d'un mot. Nous n'en possédons plus qu'un, il est garder dans un endroit secret. Tous les autres livres ont été abimés: des pages ont été arrachées, l'écriture n'est presque plus visible.
Ce livre je le déteste, je voudrais qu'il disparaisse ou qu'il soit détruit. Il y a bien un problème, il est caché et bien gardé.
Je réfléchie h24 comment quitter cet endroit, j'imagine des plan impossible a réalisé. Je n'ai qu'une pensé en tête: m'échapper de cette vie lassante et répétitive et découvrir l'extérieur pleine d'aventures trépidantes.
- Miss Strange, sortez de votre rêverie et suivez le cours. Me fis ma professeur en me sortant de ma pensé.
- Oui Mlle, répondis-je en poussant un soupir.
Je fis semblant de suivre la fin de son cours. Le cours fini je fila directement a la grande salle. Tandis que j'attendais mon amie, appuyer contre l'immense vitre de verre, mon sac à mes pieds. Cèdre, un garçon assez mignon, vient comme à son habitude me parler.
- Hey ! Dit-il avec un magnifique sourire.
- Hey ! Répondis-je sans conviction.
- Toujours aussi de bonne humeur à ce que je vois.
- Eh oui, soupirai-je. En me tournant face à l'immensité bleue.
Je suivais du regard les petits poissons de toutes les couleurs, pendant tout ce temps Cèdre admirait mes cheveux qui brillaient grâce à la lumière.
- Pourrais un jour avoir une conversation avec toi ? Tous les jours tu restes plantée ici. Vas-tu un jour changer ta routine pour qu'elle soit plus existante et plaisante ?
- Un jour si, ce jour sera mémorable. Ce jour je ne serai plus...  Nan rien, oublie...
- Nan vas y, dit moi, commença-t-il a insisté. Quelque chose me dit que ce n'est pas ordinaire.
- Oublie. Nymphéa, te voilà enfin. Je lui fis mon plus grand sourire en tant que remerciement.
- Alors ? Qu'est ce qu'il ce passe pour que tu fasses une de ces têtes.
Nymphéa est un peu plus grande que moi, de quelques centimètres. Elle est brune, les cheveux mi-long et les yeux vert,  d'un vert très pâle. On se côtoie depuis toujours. Elle est très douée pour tous, elle à la solution a presque tous les problèmes.
- Rien, rien, tu me sauves juste la mise. Encore et toujours.
- Je suis la meilleure, c'est évident que je te sauve a chaque fois. Tu lui plais vraiment tu sais.
Je venais de rougir, Cèdre est vraiment craquant. Elle a touchée un point sensible, on ne peut pas dire que son charme ne me fait rien.
Je n'ai rien répondu à Nymphéa et elle n'a pas cherché à en savoir plus. Elle me connaît presque par cœur, mes gestes, mes réactions... sauf quand mens.
On arriva enfin dans notre chambre, la numéro 03 de la branche 14. Après avoir passé mon badge pour rentrer, je m'avachie sur notre petit canapé.
Je partage l'appartement avec Nymphéa et Sphère. Notre appartement est très simple, il y a cinq pièces: le salon qui est très minimaliste avec quelque décorations ; une salle de bain avec une douche, un lavabo et une toilette ; et enfin il y a trois chambres.
Je me lève du canapé pour aller dans ma pièce, j'y entre et jette mon sac sur mon lit. Je regarde mon mur où il y a plein de dessins et croquis qui proviennent de mon imagination ou des vieux livres d'Histoire. Je regarde ma montre, il est 18h40. J'ai le temps d'en  faire un nouveau avant le dîner. Je mis attaque vivement.
Vingt minutes plus tard, j'ai terminé il ne me reste plus qu'à y mettre des couleurs. Il me reste encore un peu de temps, je décide donc alors de faire mes devoirs. Je ma tablette avec lassitude.
Toc Toc
Je tourne la tête pendant que la porte s'ouvre. C'est Sphère.
- On doit y aller, Hiro, elle avança jusqu'à mon bureau. Quel joli dessin !
- Merci mais il n'est pas fini.
Sphère est plus jeune que moi et ma meilleure amie. Ses cheveux noirs coupé en carré lui vont très bien, cela fais ressortir ses yeux bleu-gris.
Je sorti de ma chambre laissant mon occupation. Sphère me suivais de près.
Après avoir dîné, je pris ma douche et me prépara à me coucher. Je n'avais pas retouché mes devoirs, je m'y étais abandonnée. Ils étaient toujours éparpillés sur ma table de travail. J'avais repassé mon dessin au feutre noir puis pris mes crayons de couleurs, un pinceau et un peu d'eau.

J'admirais enfin mon œuvre terminé. Cela représentait le salon d'une maison plutôt ancienne et rustique. Il y avait une cheminée dont le bois brûlait, à coté un sapin coupé de plusieurs jours, décoré de guirlande et de boule de Noël aux couleurs rouge et or. Cela rendait bien. Au pied du sapin des cadeaux avaient été fraichement posé. La lumière de la lune venant de la fenêtre révélait au sol des traces de bottes dessiné dans la farine. Sur la cheminée un gramophone abimé diffusait sûrement une musique enjouée et festive. J'étais comme dans cette scène, j'entendais peu la musique envahit par les rires et les discussions. C'était un jour de fête.
Une voix rauque et grave me tira de cet endroit magique.
C'est l'heure du couvre feu.
Maudissant cet homme derrière notre porte, je me dépêchai à ranger toute mes affaires avant que les lumières soient coupés puis je tombai dans les bras de Morphé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claws

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur son lit.

MessageSujet: Re: Nept by Clamshunter   Lun 25 Jan - 19:42

Chap II

Hirondelle
Après un réveil difficile, je réussie à m'extirper de mon lit. Je m'habille, je porte une jupe noire arrivant juste au dessus des genoux, une chemise à carreaux rouges au dessus d'un débardeur blanc, des collants et des bottines noires. Je me brosse vite fait mes cheveux pour avoir une tête présentable au déjeuner.

Je passe les deux premières heures a gribouillé sur mes cahiers. J'écoute d'une oreille le cours d'Histoire en feuilletant mon livre. Je tombe sur un article qui me semble intéressant par son titre « Il y a-t-il eu déjà des bannissements ?»
Je lis l'article.



«La nuit du 30 au 31 Décembre 2163. Une tentative du vol du grand livre aurait enclenché l'alarme.



Une personne prénommé Présage Strange, né dans les premières années de communauté qui commençait tous juste à se consolider. Dans sa jeunesse, il commit 3 délits contre celle-ci. [...]
Ce matin, il n'était pas présent à son appartement lors du recensement. Recherché toute la journée, ce n'est que vers la fin de l'après-midi qu'il est aperçu près de la zone S, une zone interdite. Il est enfin attrapé après de longue heure de recherche. Mit par la suite en isolement et interrogé pendant toute la nuit du 31. Présage Strange fini par avouer en milieu de matinée, vouloir voler le grand livre afin de le détruire pour des raisons personnelles [...]
Jugé l'après-midi même par le haut conseil, il est déclaré coupable pour violemment des règles et trahisons. Le haut conseil vota à l'unanimité le bannissement à vie.
Présage Strange est exilé le soir juste après son jugement lors de la cérémonie des 25 ans de la vie commune. William Audraton, chef de la cité, confirmera les jours suivants que ce jugement est un exemple de modèle à ne pas suivre.



Info du jour, le 4 Janvier 2164 par la journaliste Julie Honeyduck.»



Ce n'était qu'une infirme parti de l'article, mais j'en avais appris déjà beaucoup. Je vais faire des recherches, je dois en savoir plus sur Présage Strange et sur la section S s'est produite il y a presque maintenant 50 ans. Il faut que je trouve l'article complet, il est aux archives. Je dois enfreindre le règlement si je veux arriver à mes fins.



Je passais mon mercredi après-midi à la bibliothèque, je n'ai presque rien trouvé sur la section S. Elle est située vers ma partie Nord. Je cherchais dans des rangers d'étagères peu fréquenté lorsque j'entendis une voix. Après un petit sursaut, je me retourne et distingue avec la faible lumière de la pièce Cèdre.



- Puis-je t'aider ? Sa voix était douce et suave.



- Non merci, je vais me débrouiller. Je passerai le temps qu'il me faudra. Fis-je en sortant un des livres de l'étagère.



- Mais tu vas y passer des heures ! Je connais mieux cet endroit que toi ! Tu pourrais t'y perdre !

 - Laisse donc moi me perdre ! Pour une fois que je fais quelque chose de nouveau ! Tu me grondes comme si j'avais fait des bêtises !
- Tu as une idée dans la tête, et mon instinct me dit qu'elle n'a rien de bon.
- Tu n'as aucuns soucis à te faire, Cèdre. Lui mentis-je un peu énervée. Je cherche juste l'histoire de la communauté à ces débuts.
- Rien de bon, ne me mens pas.
- Je te jure que je dis la vérité, maintenant laisse moi ! Lui assurais-je. Et n'ai pas l'intention de me suivre et de me surveiller !
Il partit et je ne le revis plus dans la bibliothèque. J'avais photographié des pages de bouquins pour les étudier à l’abri. Je gravis les escaliers, la lumière m'éblouissait, j'avais mal aux yeux.
Fatigué par cette après-midi à rester debout, sur la pointe des pieds, à genou ou bien accroupi, je me dépêchai de rentrer. Je m’installai confortablement sur mon lit. Mes colocataires n'était pas là, j'étais donc tranquille. Je m'assoupis au bout d'un moment.
Lorsque j'ouvris les yeux, il faisait complètement noir. Je tâtai mon lit. L'une de mes mains arriva sur un objet lisse et froid, soudain cela me revint : j'étais tombée de fatigue. Je rangeai ma tablette et me recoucha aussitôt, je n'avais pas dîné et ventre s'en plainait. Ma montre indiquait 3:00.
Quelqu'un courait devant moi, instinctivement je le suivis. Parmi les lumières rouges d'alarme je distinguais un jeune homme, plutôt athlétique. Un baluchon de fortune ballotait dans son dos, quelque chose de gros, de dur et lourd. Le jeune homme jeta un rapide coup d'œil derrière lui, je fis de même. Une dizaine d’hommes nous poursuivaient, des gardes remarquais-je.
« Arrêtez-vous » hurlait l'un d'eux par moment.
Par moment quelques tires d'armes à feux mais très peu. Je suivais la personne devant moi, je ne reconnaissais rien de cet endroit. Ma tête tournoyait dans tout les sens.
Soudain je trébuchai au sol, après mettre relever je réalisai que c'était un escalier. Je montai quatre à quatre les marches. Ma tête puis mon corps se cogna contre quelqu'un. En levant la tête, je vis que la personne en question avait des traits familiers au miens. Les lignes de son visages sont moins douce, sa mâchoire un peu plus carré. Je voudrais toucher ses lignes avec mes doigts. Je ne voyais que les formes de son visage. Je ne voyais ni sa bouche, ni son nez, ni ses yeux, je n'apercevais même pas ses cheveux. Il fait trop sombre.
- Présage, soufflait-je. Le seul mot qui m’était venu à l'esprit. Comment est-ce possible ?
« Vous êtes cernez, lâcher ce que vous avez volé et levez les mains en l'air »
- Jamais, jamais vous ne m'aurez ! hurla-t-il.
J'étais dos à lui, il tenait son précieux contre lui comme un boulier. On lui tira dans la jambe, il poussa un hurlement de douleur.
Je me réveillai encore une fois mais cette fois-ci, j'étais en sueur. J'étais essoufflée comme si je venais de vivre cette action. Il était 5: 34. Plein de questions se formulaient dans ma tête. Où étais-je ? Quel était cette objet qui est si important à ses yeux et pourquoi ? Comment l'a-t-il dérobé et pourquoi ? Que lui est-t-il arrivé ? Pourquoi ses traits me sont familiers ? Et tant d'autres encore... Mais la question dont je voudrais avoir une réponse immédiate c'est...
... Rêverais-je encore de ses aventures ? De la suite ou bien même avant ? Je voudrais comprendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claws

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 30/03/2015
Age : 17
Localisation : Sur son lit.

MessageSujet: Re: Nept by Clamshunter   Lun 25 Jan - 19:42

Chap III

Il y a 50 ans, quelque jour avant la nuit du 30 au 31 Décembre 2163.
Présage
-Présage, c'est complètement fou !! Dit ma petite soeur pour essayer de me raisonner.
-Clef, personne n'est d'accord avec William Audraton, pense à toutes les libertés qu'il a supprimées. Je me bâterai pour la même cause du sacrifice de notre père. Comprends-tu ?
-Présage, je comprends mais tu ne passeras pas avec toutes les caméras qui surveillent la zone S. Tu finiras ensanglanté.
- Clef, tu crois que je suis assez stupide pour. J'ai passé mes nuits à hacker le réseau de surveillance et j'ai réussi. J'ai même désactivé la première partie des caméras pendant toute une heure. Et sans qu'on ne me remarque j'ai repéré cette partie des lieux.
-Quoi !! Mais tu es complètement fou !! Tu as hacker le système !! Je n’en reviens pas !! Comment tu as fais ?? Sa colère se transforma en curiosité.
- Ça paraît assez difficile mais pas pour moi !!
- Arrête !! Ne t'attire pas plus de problème que tu en as !! Elle reprit son air sérieux.
- Clef... Soupirai-je. Tu es têtu comme une mule.
- Oui et toi, tu es obstiné.
- Exactement, donc laisse-moi tranquille.
- Non, elle croisa ses bras sur sa poitrine et se mis sur mon chemin.
- Laisse-moi sortir !!
-Non.
Je leva les yeux aux ciel. Elle ne va pas me lâcher avant que je lui propose de m'aider comme à son habitude.
- Tu ne bougeras pas.
Elle hocha la tête.
- Tu veux venir avec moi c'est ça ??
Elle continua de hocher la tête.
- Non c'est hors de question.
-Mais pourquoi ?
-Parce-que. Un point c'est tout. Et je ne cèderai pas cette fois. Je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose comme la dernière fois.
- Mais c'était un accident.
- Clef, tu ne viendras pas. Maintenant laisse moi sortir.
***
J'étais parti au milieu de l'après-midi. Clef savais que j'allais passer à l'action. Et je ne voulais pas l'avoir dans les pattes.

Malheureusement vers 22h elle avait réussi à s'échapper du dôme puis à me retrouver. Je lui avais immédiatement dit de retourner dans la grande salle. Bien évidemment elle refusa. Si on remarquerait son absence, la mienne serait tout de suite remarqué. J'avais donc cédé. Du au de ses 17 ans elle me tenait tête. J'avais seulement 2ans de plus qu'elle.



Et nous étions maintenant tous près de la zone S. Après un labyrinthe de couloir que j'avais appris par cœur, nous arrivions devant un simple porte blanche où il y était indiqué:



        «Zone sous surveillance.
                  Ne pas entrer.»



- Il y a un code d'accès, tu le connais ?? Souffla-t-elle.
- Ne touche à rien. Laisse-moi d'abord désactiver les caméras. Nous aurons 71 minutes et pas plus. Et surtout fais ce que je te dis à la lettre. Suis-je clair ??
- Limpide.
Je fis le code d'accès.            
                   «HK45GT068»
Accès validé. La porte se déverrouilla. Je sortis la lampe torche de ma poche et l'alluma.
- Lumos, dit-elle.
- Chuut !! Ce n'est pas le moment. Maintenant reste près de moi. Ici c'est un vrai dédale.
Le faisceau de lumière nous guidait, après un long chemin nous arrivâmes sur un couloir plus large mais tout autant sans lumière.
- Pourquoi il n'y a pas de lumière ?? Me demanda t elle.
- C'est assez simple, si les gardes qui surveille à travers leur écran voit de la lumière cela veut dire que quelqu'un c'est introduit. Expliquais-je. Avant que tu me pose la question de comment font les gardes. Je vais te le dire ils ont des lunettes nocturnes. Et il n'y a pas de détecteur de mouvement, il pense que des caméras suffisent. Attention il y a des marches.
Nous commencions à descendre, je tenais maintenant Clef par la main. Elle la tenait bien fermement. Je consultais ma montre, cela faisait à peu près 28 minutes que nous étions sur nos gardes. Il nous restait environ 43 minutes. Nous n'aurions pas assez de temps. Pensais-je, il va falloir qu'on se dépêche. J’accélérai le pas et ma sœur se cala sur le mien.
Nous arrivons devant un cul de sac. Mon cœur se mis accélérer. Je distinguai des contours. Il y avait une porte.
- Il y a un code mais il change chaque semaine.
- Défonce la porte !!
Le petit écran de la porte s'alluma. Je tirai son bras et nous cachâmes dans un angle. J'avais glissé la lampe encore allumé dans ma poche.
Le garde ne remarqua rien pourtant ma poche émettait une faible lueur. Il fit quelques mètres et ne vérifia pas si la porte était fermée. Ouf !!
Je sortis ma tête de notre cachette. La porte s'apprêta à être complètement fermer. En deux trois mouvements la lampe bloquait la fermeture.
- Aide-moi vite avant qu'elle glisse ou se casse !!
Nous étions maintenant à l'intérieur. Sur un piédestal, le saint graal de ma quête était juste devant moi. Je posai ma main sur sa couverture.
Clac.
Merde !! La porte !! Nous étions enfermés !! Je sortis le morceau de tissu de ma poche, le dépliât sur le sol et pris ce maudit dictionnaire. Après avoir fait un sac de fortune, je rejoignis ma sœur qui s'acharnait sur la porte. Sans réfléchir je pris le dictionnaire et cogna sur la serrure. L'alarme se déclencha mais cela avait fonctionné. Je poussais Clef devant moi puis la pris par la main et couru en l'entrainant avec moi.
***
Nous avions réussit à échapper aux gardes jusqu'à maintenant. Nous étions vidés de nos forces et morts de faim. Les lumières rouges et les caméras ne nous aidaient pas à rester sur place pour souffler. J'avais perdu la notion du temps.
Clef
On courait je suivais de près mon frère. Son baluchon de fortune ballotait dans son dos. Il jeta un rapide coup d'œil derrière nous, je fit de même. Une dizaine de gardes nous poursuivaient.
« Arrêtez-vous » hurlait l'un d'eux par moment.
Par moment quelques tires d'armes à feux mais très peu. Je suivais Présage, il connaissait mieux le chemin que moi. J'avais des sensations de vertige.
Soudain je trébuchai au sol, après mettre relever je réalisai que nous étions arrivés à l’escalier. Je montai quatre à quatre les marches. Ma tête puis mon corps se cogna contre quelqu'un. En levant la tête, je vis que c'était lui. Je ne pouvais pas distinguer son expression.  Il faisait trop sombre.
- Présage, soufflait-je. J'étais effrayé.
« Vous êtes cernez, lâcher ce que vous avez volé et levez les mains en l'air »
- Jamais, jamais vous ne m'aurez ! hurla-t-il. Il avait encore de la force pour crier de pleins poumons.
J'étais dos a lui, il me souffla « Va t'en !! Sauve-toi !! » On lui tira dessus, tandis que je montais les escaliers. Il poussa un hurlement de douleur. La balle m'étais destinée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nept by Clamshunter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nept by Clamshunter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of history :: Vos Histoires :: Vos histoires en cours-
Sauter vers: